Mai 68 à Marseille R.P.

par Denis Estève (membre fondateur de l’AMVIC)

Depuis longtemps le mécontentement régnait parmi les postiers, aussi n’a-t-il pas fallu inciter le personnel à se déterminer pour l’action. A la quasi unanimité, le personnel adoptait la grève illimitée et décidait spontanément l’occupation des locaux. Aussitôt, chaque agent, chaque préposé, prenait ses responsabilités. Pas besoin d’ordre, chacun ses sentait concerné et parfaitement conscient de son rôle. L’unité se créait, une unité qui est restée inébranlable du commencement à la fin de la grève et qui, nous l’espérons ira en se renforçant dans le futur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s